La Valeur de la Bienveillance: les menstruations vues par un Homme

Hommes - Menstruations Positives Mme L'Ovary

J’ai l’immense honneur et privilège d'inaugurer le blogue de Mme L’Ovary sous une plume masculine. Que me vaut cette enviable situation?

Il y a un peu moins d’un an, je contactais Erica et Olivia pour leur partager mon enthousiasme pour leur projet. J’aimais la vision à la fois écologiste et féministe que ses fondatrices insufflaient à Mme L’Ovary. Leur slogan “Menstruations zéro déchets et positives" résonnait doublement chez moi.

La cause écologique me tient à coeur depuis longtemps et se reflète dans mon orientation professionnelle. J’avais moins eu l’occasion de mettre de l’avant la fibre féministe qui m’habite. (Un héritage maternel).

Mais pourquoi le sujet des menstruations me paraissait-il approprié pour comme point de départ pour contribuer en tant qu’homme à cette cause?

 Tout à commencé à l'école primaire

Mon souvenir le plus ancien associé aux règles est celui d’une camarade de classe qui a découvert les joies “d’être une femme” à 10 ans, en plein milieu de la cour d’école, en rouge sur fond de pantalon blanc. Sur son visage, dans ma mémoire, je lis la peur, la honte, et une profonde incompréhension. Les railleries de nombreux garçons autour ne devaient pas aider.

J’avais de la compassion pour elle et je ne comprenais pas les moqueries dont elle faisait l’objet. Ma connaissance du cycle féminin à l’époque devait se situer entre l’ignorance totale du phénomène et la lecture de quelques résumés purement physiologiques du phénomène trouvés dans des livres pour expliquer aux enfants comment naissent les bébés. Ce n’est que bien plus tard que je fût exposé aux blagues douteuses et commentaires désobligeants qui entourent le sujet lorsque les garçons l’évoquent.

Même au cours de ma vie adulte, lorsque les hommes parlent des règles, leur statut varie au mieux d’un “truc vraiment encombrant quand on (les gars) a envie de sexe”, à, au pire “un truc vraiment dégueulasse symptôme de l’infériorité (naturelle bien sur) de la condition féminine”. Le lien entre les menstruations et la fertilité féminine, et donc, in fine, à toute vie humaine sur Terre, aux joies de la parentalité, ou, a minima, leur propre existence, est excessivement rarement évoqué par la plupart des hommes, encore moins célébré et honoré.

C’est pourtant ce lien qu’il me paraît important de rappeler, et c’est en raison de ce lien qu’il me semblait que le sujet des menstruations était un bon point de départ pour soutenir la cause féministe.

 

Femme & homme - Menstruations Positives Mme L'Ovary

 

Pourquoi mon point de vue (d'homme) sur le sujet est important?

Je m’attendais au départ à soutenir Erica et Olivia dans des aspects plus techniques de leur entreprise, ce qui fut le cas pour un temps. Jamais je n’aurais pensé avoir un rôle aussi public que d’écrire pour leur blogue. J’ai été très honoré mais aussi surpris lorsqu’elles m’ont proposé de rédiger un article traitant des menstruations du point de vue d’un homme. J’ai accepté plein d’enthousiasme.

Cependant, à chaque fois que je m’imaginais en train d’écrire, une question revenait sans cesse:

Quelle est ma légitimité pour parler de menstruations positives au grand public?

Je n’ai pas de formation médicale en lien avec l’appareil reproducteur féminin (je n’ai pas de formation médicale tout court! )

Je n’ai pas fait ma thèse en sociologie sur le féminisme moderne (je n’ai pas étudié en sociologie du tout!)

Je suis loin d’avoir été toujours parfait dans la façon dont j’ai traité les femmes dans ma vie.

Je n’ai même pas été en relation suffisamment longtemps pour avoir une expérience significative sur la gestion du cycle féminin en relation de couple….

Et surtout, je ne suis pas une femme, je n’ai jamais eu de menstruations!

Je partageais récemment ces insécurités quant à ma légitimité avec une amie qui eut la réflexion suivante, qui fut pour moi la clé qui me permit d’écrire cet article:

“Yoann, tu n’as pas idée combien de mes amies, même en couple depuis longtemps, même si elles ont des enfants avec leur partenaire, ne se sentent pas comprises et accueillies dans les changements que leur font/fait vivre leur cycle menstruel. Quasi-systématiquement, les hommes s’attachent à la partie du cycle qu’ils préfèrent et sont frustrés le reste du temps, lorsque leur partenaire n’est pas dans ses meilleures dispositions au niveau de son humeur et de sa libido. Ca se passe pareil pour presque toutes mes amies”...

Ce partage m’a inspiré de la tristesse, mais aussi de l’espoir, quand je me suis dit:

On en est rendu là…

Tristesse que nous n’en soyons rendus que là, que les luttes féministes ne nous aient amenés que là, où pour pouvoir parler en public de menstruations, dans le blogue d’une marque dont le slogan est “menstruations positives”, un homme n’a pas besoin d’études en médecine, ni en sociologie, ni d’un comportement irréprochable, ni même d’une expérience significative de vie de couple.
Il suffit d’une bonne dose de saine curiosité, de beaucoup de bienveillance et du désir sincère de contribuer à un monde dans lequel les relations entre hommes et femmes soient plus harmonieuses, pour se voir donner la parole… Cela me parait bien peu.

Ceci dit, c’est aussi ce bien peu qui me donne de l’espoir. La barre n’est pas si haute. Les obstacles à de meilleures relations peuvent facilement être surmontés. J’ai confiance que la bienveillance, la curiosité et la compréhension sont plus faciles à éveiller chez les gens qu’une carrière de gynécologue ou de sociologue. Et nous avons tous à gagner à de meilleures relations.

 

Couple - Menstruations Positives Mme L'Ovary

 

Épilogue

Je terminerai cet article sur cette note positive et en m’adressant aux lecteurs et lectrices:

Messieurs, je vous encourage à cultiver la bienveillance et de la compréhension vis-à-vis des femmes qui vous entourent et des montagnes russes émotionnelles au travers desquelles elles passent.

Mesdames, mesdemoiselles, merci de porter la vie, et de si souvent nous montrer le chemin de la bienveillance et de la compréhension.

Au plaisir de reprendre bientôt la plume pour contribuer à ma façon.